Origine

 

 

CURRAT

CURRAT: lointain dérivé fribourgeois, du latin cura, qui a donné curialis qui concerne la cure et curia la cour de justice. Puis en vieux français Curial et en patois Couriat (notaire). Même étymologie Curie, Curiat, Curit Curel et Curial.

Au Moyen Age:
Le Currat (Intche Coura) était une société d'usufruitiers qui jouissaient, en commun, de terres et de forêts où ils avaient reçu du seigneur le droit de mener paître le bétail. Pour réglementer l'usage de ces biens communaux, on élisait des "gouverneurs".

1536 :

Le territoire d'Intche Coura, qui appartenait au sire d'Oron, devient, lors de la conquête du pays de vaud, une enclave bernoise.

1636 :
Ce territoire est récupéré en vertu d'un échange conclu entre Fribourg et Berne.

1674 :

Les habitants d'Intche Coura demandent à s'affilier au village du Crêt. La requête fut approuvée par le Gouvernement mais sous conditions ...

1818 :

... En fait, la situation ne fut réglée qu'au début du XIXe siècle. Lors du recensement fédéral du Canton de Fribourg (1818), les données relatives au territoire des Currat sont inscrites à la suite de celles concernant le Crêt.En marge du registre se trouve l'indication suivante: " le lieu des Currat qui n'est d'aucune commune a été inscrit ici, vu qu'il ne le sera nulle part ailleurs et qu'il est déjà compris dans le cadastre du Crêt ".

1830 :

Les Distrits sont divisés en communes et non plus en paroisses. Ce " lieu des Currat " est définitivement intégré à la Commune du Crêt. Les Currat deviennent officiellement "bourgeois" du Crêt.
:
source: extrait d'un document édité par la Commune du Crêt.


" d'azur à un sauvage de carnation tenant de ses deux mains une lance d'argent posée en barre, courant sur un mont de trois copeaux de sinople et, mouvant du chef, un oeil rayonnant d'or."
(source: AEF, fichier armoiries; Armorial Comba III; Armorial Comba 1828/1846)

 

Le CRÊT

 

 

Le Crêt est une localité du district de la Veveyse (canton de Fribourg) située à mi-distance entre Fribourg et Lausanne. Le village, qui compte 390 habitants, fait partie de la commune de la verrerie depuis 2004. En 1888, la population s'élevait à 487 habitants / 475 en 1941 / 371 en 1970. L'altitude oscille entre 843 et 938 mètres (920 près de l'église). Lactivité économique du village repose essentiellement sur l'agriculture mais quelques entreprises dans le domaine du bois rencontre un bon succès.  L'église et la tourbière sont des éléments remarquables du village.

Il a fallu le retrait du Glacier du Rhône il y a près de 10'000 ans et une lente accumulation de sphaignes pendant des milliers d'années pour former ce qu'on appelle aujourd'hui la tourbière de la Mosse d'en Bas, au Crêt Les tourbières, dont celle du Crêt, se révèlent être des archives naturelles inestimables; les grains de pollens y ont été piégés durant des millénaires, permettant la reconstitution du paysage et des activités humaines. On sait ainsi par exemple que les premières cultures de céréales sont apparues dans la région il y a un peu plus de 2'000 ans.

La tourbière du Crêt recouvrait encore au début du 20ième siècle de grandes surfaces. De mémoire d'homme, son exploitation remonte très loin dans le temps. Mais l'extraction de la tourbe a atteint son apogée durant la deuxième guerre mondiale, pour pallier au manque de charbon. Après la guerre, l'exploitation a diminué pour cesser définitivement à la fin des années septante.

La tourbière du Crêt est classée depuis 1991 comme haut-marais et bas-marais d'importance nationale.

Les immigrés "Currat" dans le monde

 

Vous n'habitez pas la Suisse et vous souhaitez nous laisser vos coordonnées, écrivez-nous dans la page "arbre" et votre nom sera inscrit ci-dessous.  

 

Immigration

L'immigré !
à l'origine de la branche française des Currat.

Huitième d'une famille de 17 enfants - dont 10 garçons - Ambroise Currat est né le 7 décembre 1829 au Crêt dans le canton de Fribourg en Suisse. Dans l'impossibilité de "faire son trou" sur place, il décide d'aller "chercher fortune" ailleurs. C'est vers le début de l'année 1850 qu'il partit du Crêt vers la France.
A son arrivée en France, Ambroise Currat créa et exploita au 8 rue Berthier à Versailles une petite entreprise de location de chevaux et voiture. Le 8 juillet 1862, il épousa Aspasie, Armande Delpierre, parisienne née le 16 août 1843. De cette union naîtront: Armand 1863, Henri 1868 et Jeanne 1873.

Immigration

 

L'immigré !
à l'origine de la branche argentine des Currat.

Joseph Currat naît à Saint Martin (Fribourg, Suisse) le 17 août 1833. Il apprend le métier de forgeron et va être incorporé comme Garde Suisse au Vatican. Accusé de vol, il revient en Veveyse et doit s’exiler. Le 31 mai 1867 la Suisse signe un contrat avec l’Agence Générale d’Emigration Jean Stoessel et Compagnie à Bâle. Le prix du voyage est de 1275 francs. A la fin mai, Joseph Currat quitte Saint Martin pour Bâle. Il est accompagné de sa femme Marie-Françoise Pittet Bossel, de surnom Franchette (33 ans) et de ses cinq enfants, Marie (9 ans), Emile (7 ans), Louis (5 ans), Léon (3 ans) et Julie (9 mois). Après un voyage de 5 jours , la famille arrive au Havre. Le 5 juin 1867, ils embarquent à bord d’un navire. Les Currat traversent l’Atlantique et s’installent à Baradero en novembre 1867. Peu de temps après son arrivée Marie-Françoise meurt du choléra qui ravage la province de Buenos Aires (1867/1868). Joseph se remarie en seconde noce avec Mariette Braillard (originaire de St-Martin), la nourrice de ses enfants. Il trouve un emploi dans la forge du « Séjour Saint Catalina » de la famille Genoud. A sa mort (6 janvier 1903), c’est son fils Leon Pierre qui lui succède. Leon Pierre (10 mars 1862, à St-Martin) se marie le 27 décembre 1887 avec Sofia Berta Ginsbert au consulat de Buenos Aires. Ils ont 7 enfants, Benjamina, Henri, Eduardo, Federico, Leon-Pierre, Sophie et Julia. Leon quitte la forge des Genoud pour fonder sa propre forge qui devient plus tard un commerce de vente de voitures. L’entreprise est florissante jusque dans les années 1930. Victime de la crise économique et de l’avènement du moteur à explosion, la forge des Currat ferme ses portes dans les années 1950. Son cinquième fils Leon-Pierre se marie avec Ernestina Liaudat en 1927. Ils ont 3 enfants Lion Celestino, Lydia Julia et Maria Sophie Currat. Maria Sophie épouse Juan Lorenzo Salaberry. Ils ont 3 enfants Nestor Raul et les jumeaux Liliana et Guillermo. Nestor Raul Salaberry Currat marie Maria Silvia Fucci et ont 4 enfants Jimena, Valeria, Rocio et Rodrigo.
source: bibliographie envoyée par Rocio Maria Salaberry

 

Copyright "currat.com 2006", tous droits réservés